Une prostate trop grosse (adénome de la prostate) peut entraîner des troubles sexuels et notamment des troubles de l’éjaculation et de l’érection.
C’est certain aujourd’hui…

L’hypertrophie bénigne de la prostate (ou adénome de la prostate) a un effet négatif sur la sexualité

Les médecins savent depuis longtemps qu’un cancer de la prostate peut entraîner des troubles sexuels chez l’homme, en particulier des problèmes d’érection et d’éjaculation. Ces troubles sont liés autant à la maladie qu’aux traitements. Ces médecins pensaient, en revanche, que l’hypertrophie bénigne de la prostate ou adénome de la prostate, maladie bien plus anodine, n’entravait nullement le fonctionnement sexuel. Or c’est faux.
Il semblerait que 50% des hommes souffrant d’une anomalie bénigne de la prostate présentent des troubles sexuels.

Une prostate trop grosse qui entraîne des troubles urinaires occasionne aussi des troubles sexuels

Une étude auprès de plus de 14 000 hommes montre que les troubles sexuels et la gêne qu’ils entraînent sont fortement liés à l’âge et à la sévérité des troubles du bas appareil urinaire (TUBA) dont l’adénome de prostate.

Quels troubles sexuels en cas d’adénome de la prostate et pourquoi ?

Perte de l’éjaculation, éjaculation douloureuse ou dysfonction érectile, tels sont les troubles que l’on peut observer en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).
Les troubles sexuels liés à une hypertrophie bénigne de la prostate ont sans doute plusieurs explications. La prostate, augmentée de volume, comprimerait des nerfs et des vaisseaux utiles pour l’érection et / ou l’éjaculation.
Le col de la vessie étant en partie obstrué par cette grosse prostate réagirait par un tonus neurologique augmenté, pouvant entraîner dans cette région des réactions sexuelles anormales. Il pourrait s’y ajouter des facteurs psychologiques puisqu’un homme qui a du mal à uriner voit son pénis mal fonctionner. Il peut être inquiet quand à sa fonction sexuelle et cette anxiété peut jouer un rôle dans sa sexualité.

Les médicaments de l’adénome de la prostate ont parfois un impact négatif sur la sexualité

Certains médicaments prescrits par les médecins pour diminuer les problèmes urinaires liés à l’adénome prostatique sont potentiellement nocifs pour la sexualité.
Le Finastéride, par exemple, altère la sexualité dans environ 9 % des cas ; 3,5 % de troubles de l’érection ; 2,5 % de troubles du désir sexuel, et 2,5 % diminution du volume de l’éjaculât (1).
Les alphabloquants peuvent entraîner dans environ 5 % des cas, une éjaculation rétrograde (1). Lors de l’éjaculation, le sperme remonte alors dans la vessie au lieu d’être expulsé à l’extérieur du corps.

Il existe des solutions aux difficultés sexuelles

Au total, quand on souffre d’hypertrophie bénigne de la prostate, il faut en parler à son médecin. Le problème n’est pas seulement dans la tête !
Cela signifie donc que ces hommes ne doivent pas se sentir contraints de tirer un trait sur leur vie sexuelle, et heureusement. En effet, 50% des Français ont encore une vie sexuelle active à l’âge de 80 ans !
De plus, nous disposons de médicaments très actifs sur l’érection, il serait dommage de ne pas en bénéficier. Il s’agit de traitements par voie orale (Viagra, Cialis, Lévitra, ou d’injections intracaverneuses (Edex, Caverject) ou intra-urétrale (Muse). Il existe aussi des solutions plus mécaniques comme le vacuum ou les implants péniens.

Même en cas de cancer prostatique, ces solutions peuvent être mises en place

Profitons-en pour souligner que même en cas de cancer prostatique, il existe aussi de nombreux traitements possibles pour récupérer une érection permettant de conserver une vie sexuelle. Il est utile de s’en occuper pour ne pas laisser s’installer un problème.