Le ministre cubain de la santé, Roberto Morales Ojeda, a annoncé, le 12 septembre, que son pays envoyait 165 agents de santé en Sierra Léone pour faire face à la fièvre hémorragique Ébola.

« Pour venir en aide à la Sierra Leone, Cuba va coopérer avec une brigade de 165 collaborateurs, constituée de 62 médecins et 103 infirmiers », a expliqué le ministre cubain de la Santé, Roberto Morales Ojeda, à Genève. Le ministre cubain de la santé a précisé que ces médecins étaient prêts à coopérer avec leurs homologues américains. Ces spécialistes, dont certains sont déjà arrivés en Sierra Léone, resteront sur place durant six mois. Le ministre cubain a souligné que ces spécialistes en santé publique ont déjà par le passé participé à des situations post-catastrophes naturelles et épidémiologiques en Afrique.

La directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a salué la décision prise par Cuba. Elle a déclaré qu’il s’agissait du plus important envoi d’experts de la santé par un État depuis que l’épidémie a éclaté en début d’année. La directrice générale de l’OMS a rendu un vibrant hommage à la République de Cuba et à son peuple pour sa générosité.

Pour Margaret Chan, ce pays est reconnu dans la formation des médecins et des infirmiers depuis sa révolution. « L’aide dans le secteur de la santé a été l’un des instruments-clés de la diplomatie cubaine, notamment en Afrique », a-t-elle poursuivi s’appuyant sur une déclaration d’un haut responsable cubain, qui indiquait en mars dernier, que plus de 50. 000 médecins et personnels de santé cubains travaillaient dans une cinquantaine de pays à travers le monde.

Signalons que la bataille contre l’épidémie de fièvre hémorragique Ébola en Afrique de l’Ouest est loin d’être gagnée. Le dernier bilan de l’OMS, datant du 12 septembre, fait état de plus de 2. 400 décès sur 4. 784 cas.