Présent dans les cigarettes, le virus de la mosaïque du tabac est aussi retrouvé dans la salive de certains fumeurs. Reste à savoir s’il a un impact sur la santé humaine.

Nicotine, goudrons, métaux lourds, ammoniac… À chaque bouffée de
cigarette, le fumeur s’expose à plus de 4 800 substances différentes.
Une étude vient aujourd’hui ajouter un virus à la liste, celui de la
mosaïque du tabac.

En effet, une équipe de chercheurs marseillais a non seulement
retrouvé ce virus dans les cigarettes, mais elle a aussi décelé sa
présence dans la salive de fumeurs.

Didier Raoult (1) et ses collègues ont analysé une cinquantaine de
cigarettes de six marques différentes, ainsi qu’une soixantaine
d’échantillons de salive collectés auprès de douze fumeurs et de quinze
non-fumeurs. Ils y ont recherché la présence de matériel génétique
appartenant au virus de la mosaïque du tabac. Dans les échantillons de
tabac, la présence de particules virales vivantes a également été
testée.

100 % des cigarettes et 45 % des échantillons de salive testés positifs

Ces analyses ont révélé la présence de matériel génétique viral dans
toutes les cigarettes analysées. Des virus vivants ont été détectés dans
53 % des échantillons de tabac testés. Concernant l’analyse des
échantillons de salive, du matériel génétique viral a été retrouvé dans
45 % des échantillons collectés auprès de fumeurs. En revanche, aucune
trace de virus n’a pu être mise en évidence dans la salive des
non-fumeurs.

Cette étude suggère donc que le tabagisme constitue une porte
d’entrée dans le corps humain pour le virus de la mosaïque du tabac.

Des virus dans les cigarettes ! – Un effet sur la santé humaine ?

Pathogène pour les plantes, rien n’indique que ce virus soit
dangereux pour les humains. Toutefois, certaines données laissent
imaginer qu’il pourrait être capable d’infecter des cellules humaines.
Il a en effet été démontré que d’autres virus de plantes peuvent
pénétrer dans des cellules de mammifère. De plus, il a été établi que le
matériel génétique du virus de la mosaïque du tabac peut être traduit
en protéines virales dans des cellules humaines (et donc théoriquement
se multiplier), lorsqu’il y est introduit par un expérimentateur. Par
ailleurs, la présence dans l’organisme humain d’un virus apparenté (2)
est associée à des symptômes cliniques tels que la fièvre, des douleurs
abdominales et des démangeaisons.

Dans ce contexte, il semble donc nécessaire de rechercher quels
pourraient être les effets du virus de la mosaïque du tabac sur
l’organisme humain, en particulier au niveau du fonctionnement des
cellules pulmonaires.