« Le centre a 20 ans. Les appareils vieillissent. Et aujourd’hui, il y a n’a plus beaucoup », a révélé jeudi 07 janvier à Abidjan Cocody, Mme Brigitte Vilasco, responsable du Centre des grands brulés d’Abidjan.

Ajouter à cela, les ruptures de stocks de médicaments. Toute chose qui expose les pensionnaires à une situation précaire.

C’est le cri de cœur lancé par Mme Vilascoau journal de 20h sur les antennes de la radiodiffusion télévision ivoirienne.

Et ce, en marge d’une visite des amis de la charité, un réseau de bienfaisance des parlementaires au centre. Ils ont offerts des dons matériels composés de « produits crémeux » aux patients.

« On leur dit merci beaucoup d’avoir pensé à nous », a témoigné la petite Yamiego Fatoumata. Agée de onze ans, l’élève a été brulée suite à une chute dans l’huile chaude.

« J’avais faim. Et je suis allée acheter de l’attiéké. Prise de vertige, je suis tombée dans l’huile qui servait à griller le poisson ».

« Nous n’allons pas nous arrêter là. Cette action d’une haute portée sociale permettra de soulager les pensionnaires de ce centre du fait de leur grande précarité, et d’offrir du matériel spécialisé à cette structure dédiée aux grands brûlés qui rencontre de nombreux problèmes de fonctionnement », a justifié M. Sangaré Yacouba, président des amis de la charité, et également député de Koumassi.

Les amis de la charité est une association de députés de confession religieuse Musulmane, dont le but est de venir en aide aux indigents sans distinction de religion ou de partis politiques.

« N’importe lequel d’entre nous est susceptible d’être brulés », a par ailleurs constaté Mme Vilasco . Tout en invitant d’autres associations à apporter du soutien à ce centre.

Les grands brulés, « sont des personnes sévèrementatteintes. Elles ont une grande partie de leur peau qui a été détruite », a expliqué la responsable du centre.

Avant de faire remarquer que, les victimes de brulure doivent être prises en charge dès l’accident afin de prévenir d’éventuelles complications.

Alors que les soigner jusqu’à la guérison nécessite des moyens ultra modernes comme la pompe volumétrique à perfusion ou les seringues électriques. « Un luxe que le centre des grands brulés ne peut s’offrir ».

Le centre des grands brulés d’Abidjan, seul du genre en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest a été créé en 1995. En 2014, près de 1000 patients ont été pris en charge.