Forme et Beauté

admin26 décembre 2012
banniereurgence.gif
6min1170
Abidjan -Plus de 250 jeunes ont participé le mardi 18 décembre à Ouagadougou, au Burkina Faso, dans le cadre du 3ème sommet panafricain des jeunes leaders, pour  faire valoir  leurs connaissances et expertise, au cours d’un dialogue sur un large éventail de sujets relatifs aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en Afrique, dont la riposte au Sida, en présence du président du Burkina Faso, Blaise Compaoré.  Organisé par le Réseau ouest-africain des jeunes leaders des Nations Unies  pour l‘atteinte des OMD (ROJALNU-OMD), en coopération avec le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/Sida (ONUSIDA), ce sommet a examiné les opportunités et défis pour une appropriation de la vision de l’ONUSIDA sur le thème “zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination. Et Zéro décès lié au Sida”, et pour une contribution à l’agenda du programme de développement pour l’après 2015. Des personnalités du milieu du sport et de la musique se sont joints aux jeunes pour discuter de l’importance du sport et de la culture dans le renforcement de la riposte au Sida. “Le sport et la culture sont des outils essentiels dans nos efforts pour diffuser des messages importants qui permettent aux jeunes de se protéger et de protéger les autres contre la propagation du VIH”, selon le Conseiller principal auprès du directeur exécutif de l’ONUSIDA, Dr Djibril Diallo. Un mini-festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO), en rapport avec le thème du sommet, s’est tenu en marge de cette rencontre internationale des jeunes organisé dans le cadre de CrowdOutAIDS, nouveau projet politique dirigé par les jeunes du secrétariat de l’ONUSIDA, qui utilise les médias sociaux et la technique de l’externalisation ouverte pour permettre à des jeunes du monde entier d’élaborer des recommandations destinées à travailler plus efficacement dans la riposte au Sida. Selon les récents rapports sur l’épidémie du Sida, plus de 34 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde aujourd’hui. Environ la moitié des nouvelles infections surviennent chez les enfants et les jeunes de 15-24 ans. ROJALNU-OMD fait partie du réseau du leadership mondial de la jeunesse à travers lequel les jeunes leaders peuvent échanger des idées novatrices sur les moyens d’aider les pays à faire des progrès remarquables dans des domaines comme l’éducation, la santé et les droits de l’homme et promouvoir le développement et la paix.

admin25 septembre 2012
nu11.jpg
7min1310

Les rêveries érotiques, font partie de notre monde intime depuis l’âge le plus tendre, et nous accompagnent tout au long de notre vie. Nécessaires à notre épanouissement et à notre équilibre, au même titre que nos autres rêves, nos fantasmes nous emmènent sur les chemins de l’évasion. Lire la suite

admin15 septembre 2012
ministre_ndri_yoman_IMG_2843.jpg
3min1000

Au terme d’une visite de deux jours qu’elle a effectuée en Côte d’Ivoire, le ministre béninois de la Santé, Pr. Dorothée Kindé Gazard, a animé une conférence de presse, en compagnie de son homologue Ivoirien, le Pr. N’dri-Yoman Thérèse. Cette conférence a été l’occasion pour l’hôte de la Côte d’Ivoire de procéder à la présentation de la 1ère conférence internationale des ministres de la Santé sur la prévention et le contrôle de l’infection en milieu de soins en Afrique. Conférence prévue pour se dérouler du 10 au 14 décembre 2012 à Cotonou au Bénin et couplée au colloque régional des opérateurs économiques et financiers du secteur de la santé en Afrique. La conférence de presse se situe après une visite des deux ministres dans les établissements sanitaires privés. Révélant les résultats d’une inspection dans la commune de Yopougon, la plus grande commune de Côte d’Ivoire, voici le constat fait par le ministère de la Santé : «En matière d’urgence hospitalière et gestion des risques, une enquête a été faite par les services du ministère de la Santé dans la commune de Yopougon. Sur un échantillon de 381 établissements sanitaires visités, 70% ne disposent pas d’agrément du ministère de la Santé. Ce sont des établissements sanitaires clandestins. 53,20% n’avaient pas de visite de conformité, et 30% n’ont pas de plateau technique adapté, 38% ont une gestion douteuse des déchets médicaux et 8% de gestion à haut risque» et de s’exclamer, «il y a danger». Poursuivant, elle a dit ceci, «nous avons enregistré de nombreuses plaintes concernant l’exercice illégal, des établissements sanitaires fonctionnent sans personnel de santé. Nous avons enregistré de nombreuses plaintes, 58 établissements ont été interpellés avec mise en demeure. Les établissements sanitaires sont appelés à se mettre à jour au risque d’être fermés. Une unité de contrôle et de surveillance composée de personnel du ministère et d’agents de police est sur pied» a fait savoir N’dri-Yoman. Il s’agira de traquer les cliniques boutiques dans les communes.
Jean Prisca Lire la suite

admin15 septembre 2012
Zebi_beaute.JPG
20min1070

Mme Zébi Clémence est spécialiste des questions capillaires. Après ses études aux Etats-Unis, elle vient de créer en Côte d’Ivoire, un centre dénommé Feymie’s Hair Care Center (FHAC). Une structure à travers laquelle elle s’engage dans l’éducation et la sensibilisation des jeunes et la gent féminine, en particulier, contre les maltraitances faites par ignorance aux cheveux. Entretien. 

Mme ZE BI Clémence, vous êtes responsable du centre capillaire Feymie’s Hair Care Center. Est-ce qu’on peut savoir de quoi il s’agit ? 

Le centre de soins capillaire Feymie’s Hair Care Center pour objet d’éduquer la population jeune et adulte. A les sensibiliser sur les maltraitances au niveau capillaire auxquelles ces populations sont confrontées certainement par ignorance. Nous visons dans un premier temps l’éducation. Nous voulons instruire sur ces domaines que nous trouvons assez importants. Nous savons que les cheveux sont un point important pour les jeunes filles. Pour les femmes, les cheveux sont un élément assez important dans leur beauté et comme moyen de séduction. Nous voulons les sensibiliser sur ce qu’elles font qui ne sont pas correctes pour la santé de leurs cheveux. 

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de maltraitance que nous faisons subir par ignorance à nos cheveux ?

Comme premier élément, nous pouvons parler des défrisages. Nous avons pour habitude de nous défriser pour pouvoir assouplir et aider au coiffage. Mais quand ces défrisages sont faits dans des conditions pas correctes, cela a une incidence dramatique sur le système capillaire. Secondo, il y a des teintures à base d’ammoniaque que les femmes utilisent. Ces teintures sont très agressives pour le système capillaire. Il y a des teintures qui sont vendues mais qui ne sont pas fabriquées à base d’ammoniaque ou de peroxyde par exemple.

Que voulez-vous dire par ‘’dans les conditions pas correctes’’ ?

Il faut d’abord savoir que les produits utilisés dans le cadre des défrisages, sont des produits chimiques. C’est très important. On oublie cela assez souvent. Et donc on les utilise à tort et à travers. Il y a une posologie comme tout produit chimique qu’il faut respecter. Si on remplaçait les produits de défrisages par des médicaments, on aurait eu une autre approche. Mais c’est pratiquement rentré dans les mœurs si bien que la posologie n’est pas suivie. Et le défrisage est appliqué sans aucune méthode. Le temps de pose n’est pas forcement respecté. 
Le produit utilisé n’est pas forcément adapté au type de cheveux sur lesquels il est appliqué. Mal appliqué les produits peuvent brûler le cuir chevelure à des stades plus ou moins grave. 


Est-ce que les coiffeuses sont dans votre cible ?

Les coiffeuses et toutes les personnes qui appliquent ces produits sont effectivement notre cible parce qu’elles sont face à des personnes qui ne savent pas. Elles sont censées être des spécialistes de l’application des défrisages. Mais la réalité montre que ce qui doit être fait n’est pas fait comme il le faut. Cela engendre d’énormes problèmes.
Vous parliez tantôt de tresse et de tissage qui constituent aussi un problème ?
Il faut d’abord savoir que, nous voyons partout des mèches. Vous prenez un échantillonnage, vous aller voir que sur dix femmes, il y a au moins neuf qui portent des mèches. Pour pouvoir poser ces mèches, il y a au moins deux façons de le faire : il y a ce qu’on appelle les tissages à la colle et les tissages qui ont pour support les cheveux, eux-mêmes, d’abord nattés sur lesquels les tissages cousus sont posés. Pour le point concernant le tissage à la colle, c’est de la glue qui, en général, est posée sur le cuir chevelure. Cela entraîne naturellement une incidence de la colle sur les pores, et sur les racines mêmes des cheveux. Ça va boucher les pores. Pour retirer ces tissages, il y a de très fortes chances que les cheveux soient arrachés. Et quand c’est le cas, c’est jusqu’à la racine que les cheveux sont arrachés. Cela crée un traumatisme au niveau du cuir chevelu. Pour les tissages cousus sur les nattes, généralement, les nattes sont très serrées. Cela aussi traumatise le cuir chevelu. La pression exercée peut entraîner des chutes de cheveux. En plus de cela, il y a le poids des mèches qui exerce une pression aussi sur les cheveux. Les deux facteurs combinés entraînent la chute des cheveux.


Quels sont les conseils que vous prodiguez à ce niveau ?

Les tresses serrées traumatisent aussi le cuir chevelu. Des fois, quand on regarde le cuir chevelu des enfants, filles en général, victime de ces nattes, il y a des apparitions de petits boutons qui dénotent du traumatisme, stress qu’a subis le cuir chevelu après ces nattes. On n’a pas besoin de serrer les tresses pour pouvoir faire pousser les cheveux. Ce n’est pas ce facteur qui stimule la pousse des cheveux. Au contraire, cela abîme les cheveux, et traumatise aussi le cuir chevelu qui est le support même des cheveux. Il faut plutôt faire des tresses qui sont lâches au niveau des racines pour ne pas trop abîmer le cuir chevelu. Et on peut leur faire des tresses toutes simples qui sont assez correctes et qui permettent aux enfants d’aller à l’école avec des cheveux correctes et propres sans pour autant avoir une incidence sur le cuir chevelu.

Avez-vous des solutions à tous problèmes suscités ?

Oui nous en avons. Notre centre dénommé Feymie’s Hair Care Center, outre la sensibilisation et l’éducation des populations concernée, dispense des soins spécialisés avec des produits spéciaux en ce qui concerne les problèmes particuliers et personnalisés. Il suffit simplement de s’y rendre.
Comme solutions d’ordre général, ce que nous préconisons chez nous, c’est l’espacement des défrisages. Nous accompagnons les dames qui visitent le Centre Feymie’s Hair Care Center, à vraiment espacer le défrisage. Nous voyons des choses ahurissantes. Il y a des dames qui se défrisent toutes les deux voire trois semaines. C’est énorme. Moi dans mon cas précis, je me défrise tous les quatre mois. Ce qui fait un total de trois défrisages par année. Cela est très important pour pouvoir permettre au cuir chevelu de se reposer après la pose d’un défrisage. Parce que, comme je le disais tantôt, c’est des produits chimiques qui dérangent le système capillaire. Mais si on ne peut pas s’en passer, il faut espacer le défrisage pour permettre un temps soit peu au cuir chevelu de se reposer. Notre centre offre des solutions en termes de conseils et produits en vue de rattraper ce qui a été abîmé. Il faut assainir le cuir chevelu qui s’est trouvé traumatisé par le défrisage. Nous faisons tout cela pour permettre aux dames d’avoir des cheveux qui poussent correctement et avoir un cuir chevelu sain. En ce qui concerne les tresses, nous faisons des tresses assez lâches pour les enfants dont on préconise le non défrisage. Nous assouplissons les cheveux des enfants pour leur permettre de faire des tresses sans douleur. Bref, je voudrais donc inviter toutes les femmes concernées par ces types de problèmes à nous rendre visite, afin de pouvoir bénéficier de solution personnalisée. C’est-à-dire au cas par cas. Le Centre est situé aux Deux-Plateaux les Vallons, ici à Abidjan. Elles peuvent nous joindre aux numéros suivants : 20010533 ou 07492921. Nous envisageons une décentralisation de nos activités dans toutes les communes, en attendant de viser l’intérieur. Il y va du bien-être de nos sœurs, voire de nos mamans.

Et les hommes ?

Oui les hommes peuvent se retrouver chez nous. Nous sommes en train de travailler avec des partenaires de la santé. Nous avons avec nous un biologiste et un dermatologue pour pouvoir mettre en place un protocole pour la prise en charge complète des personnes qui sont à des stades d’alopécie, pour ne pas arriver à la calvitie qui est le stade terminal. Et cela demande l’intervention de spécialiste. Si la calvitie est à ses débuts, il y a moyen de rattraper. 

Vous débutez vos activités en Côte d’Ivoire bientôt. Il s’agit de quoi concrètement ?

Nous démarrons par une conférence de presse, ce vendredi14 septembre. Après cela, nous allons mettre l’accent beaucoup plus sur la sensibilisation, des jeunes filles, des dames et pourquoi pas les hommes, sur les dangers liés aux tresses, défrisages, tissages et autres pratiques inadéquats que ces personnes ont l’habitude de faire pas forcément de façon correcte et qui peuvent avoir des incidences catastrophiques sur leur système capillaire. Il faut sans exagération apparenter ce problème à celui de la dépigmentation. Vous voyez où nous en sommes avec ce fléau de dépigmentation ? Aujourd’hui, des personnes en souffrent psychologiquement et physiquement parce que leur cas est arrivé à un niveau de non retour.

Comment comptez-vous mener cette campagne de sensibilisation ?

Il y a une campagne média qui est prévue. Et plus, nous comptons nous rapprocher du ministère de l’Education nationale pour voir dans quelle mesure nous pouvons éventuellement toucher le maximum de jeunes adolescents et même de parents d’élèves à travers les structures scolaires. En tout cas, sensibiliser le maximum de personnes sur le sujet, faire assurément des conférences dans les écoles et grandes écoles pour sensibiliser la population féminine, surtout les enfants à ce fléau pour éviter plus tard, de porter des perruques (rires).

La structure existe depuis quand ?

Depuis Avril 2012. Mais nous y avons travaillé dessus environ deux (2) ans.

Interview réalisée par Edgar Kouassi Lire la suite

admin3 juillet 2012
nombrilafricainGettyimages.jpg
5min1350

Le “climat” chaud et humide de l’ombilic humain est propice au développement de bactéries indispensables à l’homme.

Même les plus nombrilistes n’avaient rien vu. Pourtant, l’ombilic de chaque être humain héberge une véritable faune. Après avoir étudié les gènes des bactéries qui peuplent les océans ou vivent sous nos meubles, le département de biologie de l’université de Caroline du Nord s’est penché sur celles qui fourmillent dans le nombril.
Lire la suite

admin24 août 2011
grossesse.jpeg
4min650

Après sept semaines de grossesse, l’analyse des cellules foetales dans le sang des futures mères permettrait de déterminer le sexe du foetus et certains risques d’anomalies génétiques.
Fille ou garçon? Des tests utilisant des cellules foetales prélevées dans le sang maternel après sept semaines de grossesse sont efficaces et sans risque pour déterminer le sexe du foetus et certains risques d’anomalies génétiques. Lire la suite

admin2 août 2011
sommetunionafricaine.jpg
3min390

L’Union africaine (UA) a annoncé dimanche 31 Août, une conférence d’aide aux victimes de la gravissime sécheresse qui frappe la Somalie, pour mardi 9 août à Addis Abeba. La conférence devrait réunir des chefs d’Etat africains, des blocs économiques régionaux et d’autres partenaires internationaux, a précisé l’UA dans un communiqué. Lire la suite

Page 1 sur 2
1 2